Où en est le cinéma en France ?

american sniper

Le cinéma est toujours apprécié

Depuis le début de ce siècle, les salles de cinéma sont de plus en plus fréquentées. Toutefois, la fréquentation varie d’une année à l’autre. Cela est surtout causé par la sortie de films américains et français sur une même année. Mais il faut souligner que le penchant pour le cinéma a fortement baissé entre la période de l’après-guerre jusqu’aux années 80. Les causes sont multiples :

  • Avant 1938, le cinéma était l’unique moyen pour voir un film.
  • Dans les années 60, les Français s’équipent de plus en plus de téléviseurs.
  • Dans les années 80, les chaines privées et des magnétoscopes font leur apparition.

Mais depuis les années 1990, le cinéma reprend vie, car le parc cinématographique s’est fortement développé. En 2012, la France accusait 5 502 salles de cinéma. Le plus grand nombre se trouve en France métropolitaine.

Une majorité de séniors

D’après le CNC, 205 millions de tickets ont été vendus l’année dernière. 25% d’entre eux étaient achetés par des spectateurs assidus. 41% étaient des spectateurs occasionnels. En termes d’âge, les jeunes fréquentent de moins en moins les salles, contrairement aux séniors qui sont de plus en plus nombreux à venir. Aussi, les femmes sont plus friandes du cinéma que les hommes.

Un penchant pour les films français

Au seul mois de février, ils étaient 25.45 millions de spectateurs à venir au cinéma, soit une hausse de 12.9% par rapport à février 2015. Les films qui ont attiré le plus sont ‘Tuche 2’, ‘Zootopie’ et ‘Deadpool’. Durant les 4 premiers mois de 2016, 40.4% des films regardés étaient des films français et 52.1% des films américains.

Et le cinéma indépendant ?

En 2013, l’ACID dénonce le manque de salles dédiées aux films indépendants. L’association explique que sur les 5 600 salles en France, pas moins de 4 600 avaient diffusé 10 films qui n’étaient pas des films indépendants. Elle dénonce aussi la domination des grandes maisons de production.

Cela dit, un traité a été conclu en mai dernier. Dans celui-ci, les salles s’engagent à diffuser davantage de films indépendants. Il interdit aussi l’annulation d’un film indépendant au profit de celui d’une grosse production. En juin prochain, un autre traité sera mis en place concernant la diffusion de ‘’films d’art et d’essai’’ dans les salles françaises.

Laisser un commentaire