Les Huit Salopards : Aucune inquiétude concernant la menace de la police

les-8-salopards

Quentin Tarantino a évoqué, lors d’une conférence de presse dédiée à son nouveau long métrage ‘Les Huit Salopards’,  ses différends avec les forces de l’ordre.

 

Un message pour la police

Le réalisateur américain a décidé de réagir aux menaces de la police. Il a notamment remis sur le tapis le boycott de son nouveau film ‘Les Huit Salopards’. Les forces de l’ordre lui reprochent d’avoir soutenu de nombreuses manifestations dénonçant la violence policière aux États-Unis.

Durant une conférence presse se portant sur son nouveau film, le 7 décembre dernier, il a subtilement répondu aux menaces de la police. Il a avoué avoir du respect pour le travail qu’accomplit cette dernière. Selon lui, quand une voiture patrouille dans son quartier, cela signifie que la police se soucie de sa sécurité et des habitants de Pasadena. Toutefois, il a affirmé que les habitants d’Inglewood et de Century boulevard ne voient pas les choses de la même manière…

Le réalisateur poursuit que cette guerre a commencé il y a une trentaine d’années, lorsque le gouvernement a militarisé la police pour son combat contre la drogue. Les forces de l’ordre défavorisent la communauté noire, car elles envoient en prison des familles qui n’ont jamais commis le moindre crime, martèle-t-il. Il incite alors à privilégier la liberté d’expression, soulignant qu’il est essentiel de pouvoir parler librement de la brutalité policière et de l’abus de pouvoir.

Quand la presse l’interroge sur le boycott prévu par les forces de l’ordre et les menaces concernant un acte qui lui ferait mal (financièrement), le réalisateur a tout simplement indiqué qu’il n’était pas inquiet. Il pense que la police n’est pas une force sinistre qui s’en prend et complote contre de simples citoyens. Mais il ajoute que les forces de l’ordre ne devraient pas dire ce genre de menace. Selon lui, la seule action que la police peut faire c’est de manifester lors d’une des représentations du film.

Laisser un commentaire